ON EN PARLE DANS LE VAR

                       

                                  - 100 ANS DE BRAVOURE - LA CROIX DE GUERRE

- L'Hermione : une sélection de photos remarquables.


 - Nuit des ordres et des armes



          -  Bicentenaire du débarquement de Napoléon à Golfe Juan.

 

Historique - à revoir :

La SMLH du Var visite deux batiments de la Marine Nationale

A l’instigation du Commissaire Général LASSERRE, Président de la Section Var de la SMLH, une visite de la Base Navale de Toulon organisée le samedi 19 septembre 2015 a permis aux membres du Bureau et à leurs épouses de pénétrer à l’intérieur de 2 bâtiments emblématiques de la Marine Nationale : le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) « Améthyste» et la frégate furtive légère « Surcouf ».

Une belle journée que la Section du Var propose de renouveler avec les Comités de la SMLH qui le souhaiteraient.












L’AMETHYSTE

La matinée consacrée à l’Améthyste  a permis de découvrir les « SNA les plus compacts du monde », dont la propulsion est assurée par un réacteur à eau pressurisée. Le premier SNA (« le Rubis ») fut livré en 1983 et donna son nom à la série de ces 6 sous-marins.  L’Améthyste mis en service en 1992 n'est pas seulement le nom du cinquième sous-marin nucléaire d'attaque français, sur le modèle duquel ont été refondus les quatre premiers (entre 1989 et 1995), mais aussi un acronyme signifiant « Amélioration tactique, hydrodynamique, silence, transmission, écoute ».

Sur les six bâtiments, deux sont immobilisés en réparation, plus ou moins longues ; deux sont dédiés à la protection des SNLE dans le cadre de la dissuasion. Il ne reste que deux sous-marins pour mener des missions conventionnelles, dont la protection du groupe aéronaval.

Plus que la haute technologie, ce qui impressionne tout visiteur dans la visite d’un SNA, c’est l’exigüité de l’espace dans lequel évoluent les 80 marins de l’équipage. Seule une visite permet de prendre conscience des contraintes de la vie à bord, du courage et de l’abnégation de nos sous-mariniers
















LE SURCOUF

Après une pause roborative dans un excellent restaurant du Vieux-Port, le groupe de visiteurs devait poursuivre ses investigations en embarquant sur la frégate légère furtive Surcouf.

Mis en service en 1997, c’est le deuxième bâtiment de la classe La Fayette, une série qui compte cinq unités. Les frégates de ce type ont été conçues principalement pour faire respecter les intérêts maritimes de l'État dans les espaces d'outre-mer, mais elles peuvent aussi assurer d'autres missions telles que l'intégration à une force d'intervention, la protection du trafic maritime, l'accompagnement d'un groupe aéronaval, réaliser des missions spéciales ou humanitaires. C'est un navire hautement technologique. En effet, dès sa conception, la furtivité (signature radar, infrarouge et acoustique) et la modularité (afin de minimiser les immobilisations pour modernisation) ont été des objectifs essentiels.

La visite permet de mieux comprendre le concept de furtivité (forme, matériaux utilisés) et l’organisation de la vie à bord (dans un espace moins restreint que celui des sous-marins), notamment l’importance fondamentale que revêt la lutte anti-incendies.


En remerciant l’organisateur de ces visites, Jean-Luc FIORINA, qui est un des experts assistant le Bureau de la section du Var, le Président Pierre LASSERRE a conclu la journée en proposant de livrer ce type de visite « clefs en mains » aux Comités qui le souhaiteraient.

Les membres de la SMLH qui ne résident pas à Toulon pourront ainsi découvrir de près deux bâtiments de la Force d’Action Navale et des Forces sous-marines.



La SMLH du Var visite la citadelle de Saint Tropez et du musée de l’histoire maritime de la citadelle

VISITE DE LA CITADELLE DE SAINT-TROPEZ

Notre visite fut inaugurée par Monsieur Laurent PAVLIDIS, conservateur du Musée d’Histoire tropézienne qui nous fit l’honneur de nous conter à la Citadelle cette page de l’histoire maritime de la Méditerranée.


 Pourquoi une citadelle à Saint-Tropez ?

C’est à la fin du XVIe siècle que le Roi prend conscience de l’importance de ce petit village, seul port aménagé entre la frontière (l’Italie) et l’arsenal de Toulon. Vers la fin de l’année 1589 est édifié un premier retranchement fortifié constitué d’une levée de terre derrière un fossé. Les ingénieurs du Roi Henri IV sont envoyés à Saint-Tropez en 1602 pour édifier une tour de défense hexagonale qui va dominer la ville sur les pentes de la colline des Moulins qui formaient alors un « glacis » dépourvues de toute végétation. C’est dans les années 1620-1630 que la grande enceinte est achevée. C’est un édifice qui correspond aux caractéristiques des fortifications côtières de cette époque. Lire la suite…


La section du Var de la SMLH en visite à la citadelle de Saint Tropez, organisée par le groupe Culture le 11 mai 2017

La SMLH du Var en visite  À la Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale

Les membres du bureau de la section du Var ont été invités le jeudi 31 Mars 2016 par Monsieur Thierry Barrandon Directeur de la Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale (Cnmss) à visiter cet établissement public dont le siège national est à Toulon.

Le Directeur a exposé l'action de la Cnmss , ses moyens , ses enjeux et son organisation.


1) La vocation première de l'établissement créé en 1949 est de servir les prestations en nature de l'assurance maladie maternité pour les militaires , leurs familles et les retraités.

C'est une loi qui est à l'origine de la création de ce régime marquant ainsi de façon solennelle sa spécificité . L'établissement créé par décret doit :

 prendre en charge le militaire de son engagement jusqu'à sa radiation des contrôles et ce, quelle que soit sa situation géographique dans le monde et sans qu'il n'ait de nouvelles démarches à accomplir

 développer une politique de prévention spécifique en étroite liaison avec les services de la défense concernés : Service de santé des armées (SSA), le Centre National des sports de la défense, les États Majors  des armées et de la Gendarmerie,

 assurer une politique de soutien médico-social pour les jeunes et les retraités en adaptant les aides financières en adéquation avec les risques et les revenus.Cette action se fait en concertation avec l'Action sociale des armées, les mutuelles miliatires et les associations .


2) La Cnmss a également en charge des missions d’État

Elle verse depuis 2010, pour le compte de l’État le remboursement des soins médicaux gratuits pour les bénéficiaires de l'article L115 du codes pensions militaires d'invalidité. Elle assure également le volet médical de cette action et notamment la prise en charge de l'appareillage .

Elle coordonne  les aides aux blessés en collaboration étroite avec les Etats Majors, le SSA , l'Onac.

Parallèlement, elle verse aussi pour le compte de l’État, le remboursement des soins en milieu civil des frais relatifs aux  accidents présumés imputables au service pour les militaires en activité.


Nous avons ainsi pu découvrir ces missions adaptées aux militaires et aux anciens combattants moins connues sans doute que le simple remboursement de soins mais qui sont primordiales pour les situations de détresse liées au métier des militaires.


Après ce brillant exposé nous avons pu visiter les services de l'établissement au contact direct du « client » sous la conduite de monsieur Christian Bianchi directeur adjoint. Ce terme de client est employé spontanément et à tous les niveaux de la hiérarchie marquant ainsi l'attachement du personnel à la satisfaction de l'assuré ou du professionnel de santé.

Nous avons ainsi pu assister en direct au fonctionnement des services du courrier, des ateliers de liquidation et de la plateforme de services

Nous avons été frappés par la modernité de l'organisation, des processus  et des traitements visant à prendre en charge le militaire « vite et bien » en toutes circonstances . Le dynamisme des personnels, leur  amabilité mais peut être surtout leur fierté de servir ont donné une parfaite illustration de ce que peut être un service public efficient.


Le directeur nous a proposé d'organiser des visites  régulières par petits groupes pour nos membres.Ce que nous mettrons en place avec plaisir


Pour toute information complémentaire sur la Cnmss

www.cnmss.fr


Dans son Rapport d’activité de l’année 2016, la CNMSS dédie une page entière à notre visite.  


VISITES DU PORTE-AVIONS  CHARLES DE GAULLE  pour les Sociétaires de la SMLH du Var

   Une visite inoubliable  dont les sociétaires de la SMLH ont la possibilité de bénéficier.
     N’hésitez pas à contacter le groupe Culture ou la Section :  


  contact@smlh-var.fr

VISITES DU PORTE-AVIONS CHARLES-DE-GAULLE

pour les Sociétaires de la SMLH du Var



Sur proposition du groupe Culture de la Section varoise de la SMLH avec une mise en oeuvre réalisée par l’un de ses membres, le Capitaine de Frégate Jean-Luc Fiorina, la première visite du Porte-avions « Charles de Gaulle » s’est déroulée le mercredi 15 novembre 2017 après midi.

Les élus du Bureau de la Section, accompagnés de leurs épouses, ont ainsi inauguré avec plaisir une série de visites en groupe, désormais planifiables au profit de tous les légionnaires de la SMLH du Var.


Ressenti des membres du Bureau

« Nous avons reçu un accueil chaleureux et le Major Stéphane LETYRANT a su captiver notre attention par l'enthousiasme de ses explications. »


« Nous avons été enchantés et fiers de découvrir le « Charles de Gaulle », toujours aussi imposant malgré son carénage au bassin « Vauban » ».


Une coupelle des Amis de la SMLH a été offerte au Capitaine de Frégate Laurent SAINT REMI.



Une rénovation à 1,3 milliards d’Euros


En effet, le navire de guerre se trouve en cale sèche, immobilisé depuis février pour une rénovation complète s’étalant sur dix-huit mois. Un chantier volontiers qualifié de « titanesque » par les intervenants en raison des 2 000 personnes mobilisées quotidiennement, mais aussi de son coût : 1,3 milliard d’euros.

Cette rénovation à mi-vie doit lui permettre de repartir pour vingt-cinq nouvelles années, et de naviguer au-delà de 2040.








    

2e VISITE DU PORTE-AVIONS  CHARLES DE GAULLE  pour les Sociétaires de la SMLH du Var

   Une visite inoubliable  dont les sociétaires de la SMLH ont la possibilité de bénéficier.
     N’hésitez pas à contacter le groupe Culture ou la Section :  


  contact@smlh-var.fr

Les Présidents des comités de la SMLH du Var intéressés par la programmation d’une visite aussi prestigieuse sont invités à se rapprocher du groupe Culture (notamment JL Fiorina) pour bénéficier d’un soutien et de conseil dans l’organisation de cette sortie et pour obtenir les autorisations nécessaires.


Équipage 

- Équipage partiellement féminisé (15%)

- 1 950 hommes avec le personnel du groupe aérien 177 officiers

- 890 officiers mariniers

- 883 quartiers-maitres et matelots

- 1 250 hommes sans le personnel aéro


Source Marine Nationale / Le Monde (Extrait)


Le vendredi 15 Décembre, le groupe culture organisait une deuxième visite du porte-avions Charles de Gaulle, conduite par le Major Mallorie Marquier.


Tous nos remerciements à Jean-Luc Fiorina qui nous a permis de lever le voile sur les coulisses de ce gigantesque chantier !


PORTE-AVIONS CHARLES DE GAULLE : LE CHANTIER DU SIECLE A TOULON


Plus de 2 000 hommes et femmes s'affairent pour la rénovation du porte-avions Charles de Gaulle sur la base navale de Toulon. DCNS pilote 160 sous-traitants et la base navale tourne 24 heures sur 24 pendant 18 mois.

Le budget dégagé pour cette « refonte » du seul porte-avions français atteint 1,3 milliard d'euros.

Pour tenir cette course contre la montre, préparée et planifiée dès 2012, plus de 2 000 personnes sont « sur le pont " de 6 h à 20 h, et en partie la nuit pour contrôler les tâches effectuées de jour. La Marine fournit la moitié du personnel, DCNS et ses sous-traitants (environ 160 sociétés) l'autre moitié. « On partage en toute transparence un seul planning de chantier entre DCNS, les sous-traitants, le bord, et on se réunit quotidiennement », explique la patronne du chantier de chez DCNS.

D'un côté, on démonte, de l'autre, on décape la coque. Ainsi dépareillé, le Charles de Gaulle n'est plus qu'une immense carcasse inoffensive. Pas pour longtemps.

Comme le rappelle la DGA, il s'agit à la fois de traiter l'obsolescence, notamment informatique avec la pose de plus de 200 kilomètres de câbles, et de redonner 20 ans de vie supplémentaires au navire. Nouveau système de combat, adaptation du pont à une flotte 100% Rafale, rénovation complète du centre de commandement, le « cerveau " du bâtiment, on est loin d'une simple « réparation".

Source les Echos 31/05/2017 (Extrait)


Les missions principales du Porte-Avions Charles de Gaulle

Attaque d'objectifs terrestres - Attaque des forces navales à la mer - Couverture aérienne d'un théâtre d'opérations à terre ou en mer - Soutien des opérations à terre - Le Charles de Gaulle permet au groupe aéronaval d'assurer les quatre fonctions opérationnelles assignées aux forces armées : Dissuasion / Prévention / Projection / Renseignement (connaissance et anticipation)

 







    

Infographie FOCUS - CDG.pdf